Anatomie d'un stylo-plume

From FountainPen
Jump to: navigation, search
This page is a translated version of the page Anatomia di una penna stilografica and the translation is 100% complete.

Les diverses parties d'un modèle Parker 51

Le stylo-plume, connut dans la langue anglo-saxonne sous le terme de fountain pen, serait plus proprement qualifiable en italien sous le nom de stylo à réservoir.

Dans le cadre international, en revanche, on appelle stilographic pen la penna a stilo, celui qui en Italie est plus connu sous le terme de Rapidograph du nom du modèle le plus diffusé, c'est-à-dire, le stylo basé sur un mince tube, principalement utilisé dans le dessin technique ( avant d'être remplacé par les traceurs (plotter) et les imprimantes), cette version qui fut la plus diffusée fut créer dans les années 1940 par Rotring.

La caractéristique distinctive d'un stylo-plume était par conséquent celle d'associer à une plume d'écriture, un réservoir d'encre qui permisse ainsi d'offrir des sessions d'écriture non interrompues par la nécessité de re-plonger systématiquement la plume dans un encrier. Le stylo-plume comme tel naquit dans la forme qu'on lui connaît encore aujourd'hui à la fin des années 1880, nonobstant le fait qu'il existait avant cette date, des modèles déjà plus ou moins fonctionnels.

Le succès dans la création d'un instrument d'écriture fiable pourvut d'un réservoir d'encre associer à une plume pour l'écriture, vient en réalité de l'introduction d'un système d'alimentation multicanal breveté par Lewis Edson Waterman en 1884. En fait, à l'époque, il existait déjà divers fabricants qui avaient construit et réalisé des "stylos à réservoir" pleinement utilisables, capables d'un fonctionnement correct, et dont les éléments constitutifs essentiels restent les mêmes encore aujourd'hui.

Certains éléments qui constituent un stylo-plume sont présent depuis toujours sur chacun de ces derniers: l'ensemble plume et système d'alimentation (dit bloc plume), la section (partie finale du stylo-plume qui maintient ensemble la plume et le système d'alimentation), le corps du stylo-plume qui laisse la place pour des cartouches, convertisseurs ou contient directement l'encre et le capuchon qui est uniquement absent sur les stylos-plume nommés stylos de bureau ou de table. Les photos de ces différentes parties ont été rassemblées dans une série de galeries accessibles depuis cette page.

Plume

La plume ("nib" dans le monde anglo-saxon) est depuis toujours une des parties, si ce n'est la plus importante, dès plus importantes dans un stylo-plume. Elle comme devoir final d'amener l'encre jusque sur la feuille de papier. Les plumes des stylos-plume dérivent de celles des becs utilisés précédemment sur les porte-plume. La différence principale étant que le stylo-plume en tant qu'instrument d'écriture beaucoup plus cher et sa plume en contact permanent avec l'encre, ces dernières furent traditionnellement réalisées en or (avec diverses mesures de carats, bien que la plus commune reste celle de 14 carats et celle de 18 carats), de façon à avoir une meilleure résistance à la corrosion des encres de l'époque.

Plume d'un modèle Aikin Lambert

Lorsque qu'avec l'évolution des technologies il est devenu possible de réaliser des plumes en aciers résistantes à la corrosion, l'obstacle majeur à leur diffusion devient essentiellement marketing, et aujourd'hui encore on tend a penser qu'un stylo-plume doté d'une plume en or a une valeur supérieur, indépendamment du fait que sur le plan strictement technique, ces dernières sont probablement inférieures.

L'or, bien qu'il soit renforcé par l'adjonction de différents métaux dans les lignes de production e stylo-plume, reste un métal grandement malléable. De ce fait, une plume en or est sujette à se plier de façon permanente bien plus facilement que n'importe quelle plume en acier et en général, finie par être nettement moins robuste dans le temps.

Une plume en or, évidement, ne peut être entièrement composée d'or (c'est-à-dire 24 carats) ; comme mentionné ce métal est extrêmement malléable,[1] et c'est pour cette raison qu'il est en général renforcé en le mélangeant à d'autres métaux pour obtenir des plumes à 14 carats, qui sont les plus communes, ou à 18 carats, utilisées pour donner plus de préciosité au stylo-plume, mais en général moins robustes.

Des plumes à plus grand contenu en or sont présentent sur quelques stylos-plume modernes (21 carats) et dans les années 1970 au Japon on est arrivé à des plumes allant jusqu'à 23 carats[2] Les stylos-plume anciens sont communément dotés pour la plus grande majorité de plumes en or 14 carats ; celles de 18 carats ont été introduites seulement dans les pays où, comme la France, d'un point de vue légal, on ne peut qualifier un objet en or que si sa mesure en carat n'est pas inférieure à 18.

Durant la période de la seconde guerre mondiale, avec les restrictions causées par les exigences de la guerre, l'usage de l'or pour les plumes fut notoirement réduit et dans certains pays, comme l'Allemagne et le Japon, totalement interdit. Durant cette période on vit fleurir des plumes aciers de différents types, souvent rebaptisées , spécialement en Italie, avec des noms plein de fantaisie et retentissant, ainsi que l'expérimentation avec des matériaux alternatifs, comme le palladium, qui aujourd'hui semble revenu à la mode sur les stylos-plume modernes. Mais l'usage de l'acier pour les plumes ne peut certes pas, n'être qu'attribué aux petitesses de la guerre.

De fait, celui-ci fut adopté par certains fabricants, en particuliers ceux qui étaient orientés sur la partie d'entrée de gamme du marché, bien avant la seconde guerre mondiale et pour des simples motifs économiques. Et même dans ce cas pourtant, on cherchait à rendre ces plumes plus précieuses en leur appliquant des dorures.

Indépendamment de la robustesse de la ligne utilisé pour la produire, une plume doit évidement avoir une pointe très renforcée, même dans le cadre de l'usage de l'acier qui aurait une usure par trop excessive. La pointe de la plume doit frotter des kilomètres et des kilomètres sur le papier, et pour obtenir une pointe durable, elle fut produite avec l'adjonction d'un matériaux bien plus dur. Le choix le plus commun se porta sur l'iridium. C'est pour cette raison que pour indiquer le statut d'usure d'une pointe de plume d'un stylo-plume, on fait référence à la quantité d'iridium présente sur cette dernière, même si en réalité la pointe peut être elle aussi réalisée avec d'autres métaux. (Un autre choix de métal pour la pointe peut être par exemple celui de l'osmium ou diverses combinaisons des deux ; iridium et osmium.)

En général, la pointe de la plume est réalisée en fondant directement une bille d'iridium (ou autre métal équivalent), puis cette dernière est par la suite taillée pour être divisée en deux ailes (tines), la réalisation de cette coupe (slit) à travers laquelle doit passer l'encre qui provient du système d'alimentation est nécessaire pour le parfait fonctionnement du stylo-plume, et enfin elle est polie de manière à offrir une glisse parfaite sur le papier. D'une façon générale, que se soit pour permettre l'écoulement de l'air du conduit ou pour renforcer la partie finale de la coupe des ailes, la plume est percée du soit disant nommé : "trou d'aération" qui dans bien des cas à pour seul but d'obtenir une plus grande robustesse et une plus grande flexibilité ou souplesse de la plume. De plus, certaines plumes, comme la Triumph Nib de chez Sheaffer, ou encore la plume du Omas 361, sont à l'inverse réalisées et travaillées pour pouvoir écrire de tous les côtés, y compris sur celui qui est celui dit cotè sec.

Les plumes sont classiquement classées [3] sur la base d'une série de numérique qui expriment les dimensions. Bien que plus ou moins tous les produits aient adoptés des numéros similaires (avec des valeurs allant de 00 à 12), ces numéros ne font pas référence à une mesure précise de la plume, mais sont simplement une indication relative (une plume #4 est en générale plus grande qu'une #2 chez le même fabricant) et différente d'un fabricant à un autre. Et très souvent, (voir par exemple les numérotations de Waterman et celles de chez Montblanc) ces numéros étaient utilisés aussi pour identifier les divers modèles d'une même ligne de production.

Sigles Dimensions
EF Extra-fine
F Fine
M Medium
O Medium-oblique
B Large (Broad)
BB Double Large
BBB Triple Large
OF Oblique fine
OB Oblique large
OBB Oblique double
M Musique (Music nib)
KF Kugel fine
KM Kugel medium
KB Kugel large

Une autre système de classification est celui effectué sur la base de la dimension et éventuellement de la forme de la pointe de la plume elle-même (Fin, Medium, Large, etc). Dans ce cas-là aussi il n'existe pas de standardisation universelle adoptée par tous, même si beaucoup de fabricants ont fini par utiliser des sigles dans l'ensemble uniformisés entre eux comme dans le tableau sur le côté de ce texte, une bonne partie de ces tailles sont toujours en usage de nos jours.

Un tableau des abréviations des tailles de plume.

De nouveau ses indications sont relatives, et non adoptées par tous (par exemple Waterman en 1927 introduisit une classification basée sur un code couleur), c'est la raison pour laquelle il peut y avoir des différences notables entre les plumes présentes sur le marché entre les différents fabricants ; par exemple, généralement une taille de plume M japonaise équivaut à une F européenne.

Toujours dans la réalisation des plumes, outre les références aux dimensions, il a été adopté des nomenclatures spécifiques pour indiquer de manière générale quelques versions particulières de plume, dotées de caractéristiques spécifiques déterminées par la forme de leur plume. Pour cette classification nous vous renvoyons vers les pages suivantes qui décrivent précisément chacune d'entres elles :[4]

Une troisième classification est possible, encore moins uniforme que les autres de part la terminologie utilisée et qui spécifiquement n'a aucun référencement officiel dans la production des divers fabricants, est celle relative à la plus ou moins grande flexibilité ou souplesse de la plume. Une classification qui tend de plus en plus à disparaître avec la production moderne, dominée par les plumes rigides.

En fait, un des problèmes des stylos-plume (considéré comme un avantage par rapport aux stylos-billes, rollers ou gel, qui lorsqu'il fut résolu devint un facteur de promotion pour les stylos-plume eux-même) est le suivant : une pression excessive exercée sur la plume peut nuire à cette dernière et cela rendait le décalquage ou la copie par papier carbone assez ardu.[5] Pour cette raison une des moins cohérentes terminologie (au moins dans le monde anglo-saxon) est celle des plumes dites de comptable (accountant nib), nommées aussi Manifold, extrêmement rigides et dures, et pour cela utilisées pour les travaux comptables où l'usage de la copie carbone était la norme.

Il n'existe pas par rapport à la flexibilité ou la souplesse de terminologie officielle (bien que quelques marques, telle Eversharp, marquaient explicitement leurs propres plumes flexibles avec la gravure "Flexible"). Celle adoptée aujourd'hui naquit des conventions utilisés par les collectionneurs et à encore une ample marge d'aléatoire.

Il est pourtant décidé, de manière tout à fait arbitraire, de faire référence aux définitions suivantes : [6]

  • Suspendue plume qui répond à la pression mais sans créer une variation significative du trait, de nombreuses modernes déclarées comme flexibles (nous préférerions le terme de souples) entrent dans cette catégorie.
  • demi-flex (semi-flexible) plume qui répond à la pression avec une variation du trait significative , mais qui utilisée normalement ne présente pas de variation significative.
  • flexible (flexible) plume qui produit une variation du trait même lors de l'écriture normale en réponse aux petites variations de pressions qui sont exercées.
  • wet noodle (super-flexible) plume extrêmement flexible qui doit être utilisée avec soin même dans l'écriture normale car elle des variations du trait importantes à la moindre pression.

Enfin, tout en étant un élément essentiel du stylo-plume, la plume a connu quelques variations innovantes créer par les différentes entreprises. Initialement les différences entres ces dernières portaient principalement sur les matériaux utilisés pour les corps et les plumes des stylos-plumes, mais jusque dans les années 1930, les formes et les fonctions sont restées pratiquement toutes identiques.

Le premier changement significatif fut introduit par Eversharp en 1932, avec sa plume flexible variable "Adjustable Point" dotée d'un embout coulissant. Mais les changements les plus importants commencèrent dans en 1941, avec la sortie officielle sur le marché du Parker 51, qui signe le début de la production de la plume capotée. Depuis lors, il y aura des évolutions comme la plume conique de Triumph, les diverses versions de plume ailée de Wing-flow ou encore, la particulière "inlaid nib" introduit par la PFM.

Système d'alimentation

Conduit d'un modèle Pélikan Pelikan 400

Bien qu'il soit probablement une partie mineure d'un point de vue esthétique sur un stylo-plume, le système d'alimentation (aussi nommé "conduit", et "feeder" dans le monde anglo-saxon) est en réalité au cœur du fonctionnement d'un stylo-plume et sur le plan technique sa partie la plus importante.

En effet, le système d'alimentation a la lourde de tâche de devoir réaliser un délicat équilibre des forces s'exerçant sur le stylo-plume pour permettre le passage correct de l'encre situé dans le réservoir et la conduire jusqu'à la pointe de la plume qui la déposera sur le papier. Un stylo-plume qui écrit bien et un stylo-plume dont le système d'alimentation opère correctement sa mission.

L'importance de ce composant émerge avec plus d'évidence encore, du fait que la plus importante invention de Lewis Edson Waterman, celle qui fait que nombreux sont ceux qui retiennent son nom (avec un peu d'exagération) comme père du stylo-plume, est justement relative à la construction du système d'alimentation.

Il est certain que bien avant de se concentrer sur les matériaux et les systèmes de chargement d'encre, à la fin des années 1800, les fabricants étaient en compétition (et investissaient leurs forces de recherche) précisément sur cet élément, qui caractérisait leur stylo-plume (qu'on pense par exemple au Lucky Curve de Parker ou au Spoon feed de Waterman) en sachant que un système d'alimentation fiable et fonctionnel était alors une chose qui pouvait les conduire au succès ou à la faillite.

Et bien que par la suite, la partie relative au système d'alimentation, au moins dans les produits publicitaire, ait diminué au profit des autres parties du stylo-plume et des caractéristiques techniques ( surtout en rapport à celles stylistiques) celle-ci demeure une des parties essentielles des plumes, reprise en dont nombreux cas par les fabricants. (comme par exemple le Magic Feed de Eversharp ou le tintomatic de Lamy).

En dehors des constructions encore très "primitives" présentes jusqu'au début des années 1900, qui prévalaient encore pour quelques fabricants (comme Swan e Onoto) et qui conservaient la présence d'un système d'alimentation supérieur, la forme canonique du système d'alimentation, comme élément posté sous la plume a poursuivit son développement de manière assez rapide.

Initialement, il était question d'un simple cylindre d'ébonite opportunément émoussé dans sa partie antérieure posté sous la plume pour laisser un espace pour l'écriture, et doté sur sa partie supérieur d'un "canal" d'alimentation qui était traversé par l'encre qui arrivait du réservoir pour être amenée jusqu'à la pointe de la plume. Les premières variations concernèrent la construction du canal d'alimentation avec l'ajout de cannelures à l'intérieur pour favoriser le passage de l'encre par capillarité. Ainsi à travers le canal d'alimentation, même si par la suite il fut envisagé des parcours alternatifs, s'écoule de l'air en succédant à l'encre qui sort du réservoir du stylo-plume.

Schéma du Spoon feed

Les premières variations de la simple forme cylindrique émoussée arrivèrent pour résoudre le problème, alors très présent, mais qui se présente encore aujourd'hui, de permettre au système d'alimentation l'afflux d'encre lors de l'écriture, mais d'éviter les pertes d'encre dans le capuchon lorsque le stylo-plume n'est pas utilisé.

Pour cela furent adoptées diverses solutions, avec un nombre innombrables de brevets comme le fameux Lucky Curve de Parker, sur lequel la partie postérieur du système d'alimentation était courbée de sorte à lui faire touchée les parois du réservoir, favorisant ainsi (du moins, selon les affirmations du projet) la réabsorption de l'encre.

Pour le même type de problème furent produit d'autres solutions, comme la création de poches latérales sur les flans du canal du système d'alimentation (par exemple : le Spoon feed de Waterman). Puis au court des années, c'est poursuivit le développement de mécanismes qui, que se soit avec la pratique d'incisions de formes plus ou moins irrégulières sur la partie externe (comme le Spear-head de Parker), ou encore la réalisation d'ailettes, de poches, d'incisions, de canaux et d'autres configurations, permirent à l'encre présente en excès dans le système d'alimentation de s'accumulée dans ces divers pièges, évitant aussi par là même, l'accumulation dangereuse de cette dernière sur la plume, et compensant également, les changements de pressions dû à la présence de l'air dans le réservoir, problème qui devint plus important encore avec le développement des voyages en avion.

Section

Trois différents types de section

On indique sous le nom de "section", le bloc final de la pointe avant du corps du stylo-plume dans laquelle viennent s'insérer la plume et le système d'alimentation. Dans l'illustration sur le coté sont présentées les trois types de sections les plus communes présentent sur les anciens stylos-plume. Elles correspondent à trois divers types de système de chargement d'encre; pour plus de détails sur les sections nous vous renvoyons à la page dédiée '"à ces derniers"'. Une nomenclature relative à la section est celle dite en "collier" ("nipple" dans le monde anglo-saxon) présente seulement sur quelques types de section (dans l'illustration les types 1 et 2), utilisées sur les stylos-plume dont le système de chargement d'encre requiert la présence d'un sac ou poche, qui se coller directement sur le collier de la section.

La section est présente sur quasiment tous les stylos-plume excepté sur certains modèles au design particulier comme le PFM, sur lequel la plume est directement marquetée sur la section, ou encore sur les modèles Parker T1, Murex et Pilot sur lesquels la plume est le prolongement du corps métallique du stylo-plume fait d'une seule pièce. En dehors de ces exceptions très spécifiques, il convient d'y ajouter les modèles safety qui de par leur construction même non pas à proprement parler de section, leur plume rétractable rentrant à l'intérieur du corps du stylo-plume.

La section, outre le fait qu'elle maintienne en contact la plume et le système d'alimentation, est aussi la partie la plus communément utilisée pour la saisie du stylo-plume lors de son utilisation en phase d'écriture. Pour cette raison elle présente en général, une partie évasée qui permette une prise plus sûre. Dans quelques cas, comme sur le modèle Parker 75, cette dernière peut aussi avoir été travaillée et façonnée avec une forme ergonomique (en triangle, pour le modèle cité) offrant ainsi des surfaces spécifiques où s'apposent les doigts lors de la phase d'écriture et en facilitant la prise en main.

En dehors de cela, la section est en général la partie du stylo-plume la moins sujette aux innovations qu'elles soient de type technique ou stylistiques, même s'il existe des modèles particuliers qui présentent des caractéristiques comme le sus-cité modèle Parker 75 avec son embout pour le positionnement de la plume lors de son utilisation ou la première série de Crest avec son filetage à la cime de la section elle-même ou encore les sections spéciales avec fenêtres transparentes (le Visulated de Sheaffer) utilisées pour rendre visible le niveau d'encre même sur des modèles de stylos-plume dont le système de chargement d'encre ne le permettait pas à l'origine. (On trouve par exemple cela sur les modèles Balance et Doric avec chargement à levier.)

Corps ou baril

Un modèle Duofold démonté avec au centre le corps.

Le baril ou corps, (barrel dans le monde anglo-saxon) est en général la partie de la plus grande dimension dans un stylo-plume. Dans les stylos-plume modernes avec un système de chargement à cartouche il n'a pratiquement aucun autre rôle que de fournir un support pour l'usage du stylo-plume et accueillir les cartouches d'encre, mais initialement, lorsque les stylos-plume devaient être rechargés en encre à l'aide d'un compte-goutte, le corps était directement utilisé comme réservoir d'encre. Ce rôle lui est encore dévolu aujourd'hui sur les modèles pourvus de certains types de système de chargement d'encre tel le système de chargement à piston ou à seringue inversée et d'autres encore. Dans ce cas, le corps est doté d'une partie transparente (fenêtre ou la section entière) pour permettre de visualiser le niveau d'encre présent.

Exemple d'inscription sur le modèle Balance.

Même lorsque l'encre n'est pas contenue directement dans le corps du stylo-plume, mais dans un réservoir séparé, comme pour tous les systèmes de chargement d'encre qui prévoient l'usage d'un sac ou poche en plastique, le corps joue le rôle de conteneur aussi bien pour ce dernier que pour le mécanisme permettant de le remplir. En outre, il est à noté, spécialement dans la production des années 1940, qu'il était typique de trouver la gravure de la marque et du nom du fabricant (quelque fois aussi les numéros de brevet du stylo-plume) sur le corps lui-même.

Initialement, mais aussi pour une plus grande facilité de traitement, le corps du stylo-plume était réalisé avec une forme de cylindre dont les extrémités était plates. (dont son nom de flat top) Mais à la suite des évolutions stylistiques, il est devenu de plus en plus fuselé (avec la naissance notamment dit style dit streamlined). Puis, avec l'évolution des tendances stylistiques appliquées sur l'ordinaire section ronde, nous sommes passés à des formes de corps de stylo-plume, à facettes, triangulaires, carrés, octogonales (8 faces), dodécagonales (10 faces, etc...)

En dehors des différentes formes de corps de stylo-plume adoptées par les fabricants pour se démarquer les uns des autres, ce dernier a aussi subit les évolutions dans l'usage des matériaux utilisés pour la réalisation des stylos-plume, dont il constitue le composant le plus grand. A l'aube de l'ère des stylos-plumes les corps étaient principalement construit en ébonite comme les autres parties du stylo-plume, matériau qui garantissait, puisqu'il servait de réservoir d'encre, la résistance chimique nécessaire.

Avec l'évolution de la technologie furent ensuite utilisés beaucoup d'autres matériaux, dés premières résines artificielles comme la bakèlite, la galatite et le celluloïd, pour passer dans les années 1940 aux résines plastiques encore en usage de nos jours.

Capuchon

Un capuchon particulièrement élaboré

A part quelques design particuliers (le Pullman de Météore, le Asterope de Aurora e le Capless de Pilot), le capuchon ("cap" dans le monde anglo-saxon) est un des composants essentiels du stylo-plume. Le capuchon est présent pour assurer deux fonctions, d'un côté il permet la protection de la plume vis-à-vis des chocs accidentels extérieurs et de l'autre, il protège l'extérieur du contact accidentel avec la plume (surtout des projections d'encre et de l'encre que cette dernière contient) ainsi que des éventuelles pertes d'encre de cette dernière.

D'un point de vue technique, le capuchon bénéficie de beaucoup d'inventions, presque toutes relatives à la manière de l'ouvrir ou de le fermer (encastrement, pas de vis, à cran et aujourd'hui système magnétique) mais d'autres fois aussi sur la façon dont ce dernier peut s'insérer à l'arrière du stylo-plume pour en équilibrer le poids ou les dimensions, comme sur les modèles Elite de Pilot (mais ils existent beaucoup de précurseurs), et dans les cas où pour l'usage du stylo, il est nécessaire de poster le capuchon à l'arrière qui devient alors une extension du corps.

Un second rôle et non des moindre dévolu au capuchon est maintenir de façon circonscrite, le stylo-plume à peine fermé, l'atmosphère autour de la plume, de sorte que l'encre présente dans celle-ci, d'une part ne sèche pas et d'autre part ne subisse pas des défauts de pression atmosphérique qui pourraient avoir pour résultat de faire sortir l'encre du stylo-plume.

C'est pour cette raison qu'il existe des capuchons ventilés (avec la présence d'un trou d'aération) et des capuchons complétement traités avec des produits d'étanchéité. En particulier aux débuts des années 1900, pour se prémunir des pertes d'encre, commença à être introduite comme partie constitutive de nombreux capuchons, le contre-capuchon. Un capuchon interne (vous trouverez ici les brevets les plus significatifs nº US-764227 e nº US-1028382), qui enferme la partie de la section sur laquelle il vient s'apposer et l'isole du reste du capuchon, garantissant ainsi la retenue de l'encre. Parfois, ce même élément fut aussi utilisé comme composant du bloc de montage du fermoir qui peut être monté sur l'anneau de ce dernier, ou encore encastré enter le capuchon et le contre-capuchon grâce à une fissure latérale.

En outre, le capuchon constitue un élément caractéristique pour le design et les lignes esthétiques d'un stylo-plume et peut-être l'objet de nombreuses décoration et traitements. Entre autre élément commun les bandes décoratives et autres divers anneaux, dont le but originaire était de nature pratique.

Le bord du capuchon est en effet une des parties les plus soumise au "stress" et sujette, par-là même, à des risques de cassure du stylo-plume et l'usage original (voyez le brevet nº US-662796) des bandes métalliques était fait pour renforcer la solidité du bord du capuchon, ce n'est que par la suite qu'elles devinrent un éléments décoratif.

exemple de cone cap et de straight cap exemple de cone cap et de straight cap
exemple de cone cap et de straight cap

Historiquement, les premiers capuchons ont été réalisé avec une fermeture à friction (ceux nommés slip cap dans le monde anglo-saxon) avec le capuchon qui s'encastrait sur le corps du stylo-plume.

Il existe de nombreuses variantes de ce type de capuchon en fonction de la manière dont ce dernier vient s'encastrer sur le corps. Les deux principales classes sont les capuchons coniques dans lequel la surface d'encastrement est taillée en forme de cône et les capuchons droits dans lequel la surface d'encastrement est taillée en forme de cylindre. Entre ces derniers ont distingues les tapered cap (capuchons coniques et fuselés) en vogue à la fin des années 1800.

Aux capuchons encastrés, qui soufrent, particulièrement sur les versions coniques, des problèmes d'usure avec perte de la tenue du capuchon sur le stylo-plume, suivront, avec une tendance qui s'affirmera aux début des années 1900, les capuchons avec clôture à pas de vis (threaded cap), qui aujourd'hui encore sont parmi les plus diffusés sur le marché. Un retour des capuchons encastrés s'est fait dans les années 1940 avec l'introduction des capuchons en métal se fermant par friction des anneaux. cette tendance fut introduite par le Parker 51.

Vers la fin des années 1940 est finalement initié la diffusion des premiers capuchons à cran. Une des premières entreprises à les avoir utilisé fut la Matador avec le modèle Matador-Click en 1949. Devenu par la suite commun et ainsi très diffusé. Dans ce cas, la qualité du mécanisme est essentiel pour garantir à long terme le bon fonctionnement de la fermeture du capuchon.

Fermoir

Agraffe caractèristique en forme de flêche de Parker

Bien que les premiers stylos-plume ne furent pas dotés de fermoir ou agrafe (clip dans le monde anglo-saxon), ils existaient des modèles dit de poche (les modèles du fabricant Swan sont typiques et connus pour cela), l'usage du fermoir ou de l'agrafe (en général posté sur le capuchon) c'est affirmé en un temps très court comme un élément essentiel pour permettre l'accrochage simple du stylo-plume dans les poches de chemise ou des vestes, devant ainsi un des composants les plus important, présent sur la plus grande majorité de stylos-plume.

En dehors des modèles anciens, lorsque l'usage du fermoir ne c'était pas encore affirmé et popularisé, seul faisait exception à sa présence les modèles pour femme qui eux, étaient dotés de petits anneaux et d'une chaine pour être porté comme un collier, où les stylos-plume de sac à main qui étaient de petites dimensions.

Autre exception, les stylos-plume de table ou de bureau qui n'étaient pas non plus dotés de fermoir puisqu'ils venaient se positionner dans leur emplacement prévu sur leur base ou socle.

Comme pour les autres éléments constitutif du stylo-plume, le fermoir est devenu aussi un élément distinctif du stylo-plume, allant de son sens technique"primitif" étroit en devenant un élément esthétique et stylistique de référence. Comme l'agrafe en forme de flèche de Parker est aujourd'hui encore un élément distinctif de l'entreprise, ou la forme qui rappelle le bec d'un pélican utilisée par Pélikan pour ses fermoirs.

Et nous pourrions aussi parler, pour sortir des seules exigences stylistiques, des règlements de l'armée américaine qui interdisent le port du stylo-plume dans les pochettes et poche de chemise et dont les modèles sont donc dotés d'une agrafe particulière dite de type militaire conforme à ces exigences.

Mais si dans l'histoire du stylo-plume, le fermoir c'est essentiellement distingué comme élément stylistique, il a aussi un rôle non négligeable sur le plan technique, gagné à partir des diverses méthodes de montage sur le capuchon comme le montage à anneau, ou les astuces pour faciliter son introduction dans les poches comme le Roller Clip de Eversharp, ainsi que pour bloquer le vissage du capuchon comme sur le Lox-Top de Chilton ou pour bloquer le fermoir sur une veste comme celui à crochet de Novum

Fond

Fond d'un modèle Colleg

Bien qu'il ne soit pas aussi diffusé et commun telles les autres parties d'un stylo-plume traitées jusqu'à présent ici, de nombreux modèles présentent, en général lié à leur système de chargement d'encre, un fond qui cache la partie postérieure du corps du stylo-plume. Nous traitons ici d'un élément qui n'est pas toujours présent sur les stylos-plume car pour de nombreux modèles la terminaison postérieure fait tout simplement partie intégrante du baril du stylo-plume lui-même.

Dans de nombreux cas, le fond est présent pour des raisons esthétiques et décoratives et peu parfois être orné de décorations spécifiques ou d'inscriptions, comme le numéro de série ou de modèle, en ce cas, le fond est fixe.

Dans d'autres cas, le fond sert à cacher l'accès au système de chargement d'encre (c'est très commun pour les modèles à pulsation de fond), il peu être retiré, en général en le dévissant pour accéder au mécanisme.

Enfin, le fond peut être partie intégrante du mécanisme de chargement d'encre lui-même (par exemple les systèmes de chargement d'encre à piston ou à seringue inversée), en ce cas, il prend alors le rôle de la partie du dispositif sur lequel il conviendra d'agir pour activer le chargement de l'encre.

Notes

  1. Avec le terme malléable (voir la voix de wikipedia) nous entendons un matériau très mou, facilement déformable sans perte de ses propriétés mécaniques, en substance l'exact contraire de résistance et souplesse; l'or est un des matériaux les plus malléable qui existent.
  2. Mais il n'existe, en dehors des exigences marketing, aucune raison techniques pour aller jusqu'à de tels niveaux, qui présentent de toute façon moins de résistance.
  3. Par classement nous entendons ici, les références à la période initiale de la diffusion des stylos-plumes,qui de nos jours à pratiquement disparue et n'est plus utilisé.
  4. Quelques exemples de la façon dont on peut classer les pointes de plumes peut être trouvé ici.
  5. De nos jours ce problème ne subsiste quasiment plus grâce à la très large diffusion du digital, mais il n'était pas un problème banal et négligeable avant cette période.
  6. Nous faisons références aux définitions de Davis Nishimura, telles que rapportées dans cet article mais sans les suivre totalement.

Références externes

  • [1] Article sur les plumes.